La barge d'intervention des marins-pompiers de Toulon

Olivier GABRIEL - Janvier 2011

Photographies de Mickaël MONTOIS

Les bateaux-pompes de la Royale à Toulon

Le port militaire de Toulon a été défendu au début des années 1930 par un bateau-pompe, l'Alarme, qui sera rebaptisé Volcan en 1940. Il sera rejoint en 1958 par Oued de la classe Cascade et construit par les Chantiers navals franco-belges à Villeneuve-la-Garenne. Un troisième bateau-pompe, Aiguière, construit par les mêmes chantiers remplacera Volcan en octobre 1969.

Oued est désarmé en décembre 1994, conservé provisoirement pour des prélèvements de pièces détachées pour Aiguière puis il est finalement coulé en Méditarranée en 2001 en servant de cible au cours d’un exercice naval.

En septembre 2008 la Direction générale de l’armement (DGA) commande aux chantiers Socarénam, à Boulogne–sur-Mer, deux vedettes d’intervention de rade (VIR) en remplacement d’Aiguière à Toulon et Embrun à Brest.

Douffine sera mise en service en avril 2010 à Toulon.

La barge d'intervention de rade

La présence des dépôts d’hydrocarbures du Lazaret (St-Mandrier) et de Missiessy (base navale de Toulon) ont conduit les autorités mà envisager un moyen d'appui puissant et en 2009, à titre de test et dans le cadre d’un plan de relance de l’économie, pouvant dans ce cas précis maintenir des emplois en chantiers navals, la Marine nationale décide d’expérimenter une barge d’incendie. Ce concept, déjà utilisé par les sapeurs-pompiers civils de Lorient, est destiné à assurer un soutien appuyé aux moyens d’interventions. En effet si la barge n’est pas autopropulsée – son déplacement nécessite l’intervention d’un remorqueur – elle fournit une très importante capacité hydraulique.

La barge d’intervention de rade (BIR), la première de la Marine nationale, mise en service à Toulon en décembre 2010, jauge 50 tonnes et fournit une capacité de 1200 m3/heure à 14 bar de pression grâce à ses trois pompes alimentées par trois moteurs diesel. Ces pompes alimentent à leur tour trois collecteurs pouvant chacun alimenter 12 sorties de refoulement DN110, c'est à dire des lignes de tuyaux de 110 mm de diamètre. Une cuve de 4 000 litres de liquide émulseur permet la production d’un très important volume de mousse. Son encombrement est de 12x8 mètres.

Elle peut également intervenir au profit d’un sinistre à bord d’un navire en zone portuaire.

Comme les deux dernières vedettes livrées à la Marine nationale la barge a été construite par les chantiers Socarénam, à Boulogne–sur-Mer.