La double Citroën 2CV des sapeurs-pompiers du Var

Olivier GABRIEL - Octobre2011

Photographie Rémy LACAILLE

La génèse

Dans les années 50 l'inspecteur départemental du Var, le colonel Hourcastagné, procède à une reconnaissance de nuit sur un chemin montagneux avec sa Traction Avant de 15 CV. Bloqué et ne pouvant faire demi-tour, il a du rebrousser chemin en marche arrière à la lueur d'une torche électrique, guidé par son chauffeur ! Suite à cette désagréable, et dangereuse, situation une reflexion est menée entre le service d'incendie et les forestiers sur la conception d'un engin de reconnaissance adapté aux chemins et les pistes escarpés du département.

La réalisation

Le Conseil général alloue un budget et deux Citroën 2CV sont acquises et trasnformées à Neuilly-sur-Seine. Les deux châssis sont sciés, les parties avant dégagées et assemblées dos à dos. Le résultat est un châssis "bicéphale" constitué de deux moteurs, deux transmissions, deux directions, deux volants...

Si les deux parties sont soudées elles conservent néanmoins leur indépendance. Lorsque le véhicule roule dans un sens, la direction opposée est neutralisée grâce à une barre de verrouillage. En évolution 4x4 un moteur est animé en marche avant tandis que la boite de vitesse de l'autre est enclenchée en marche arrière. La garde au sol n'est pas modifiée et cela posera pas mal de difficultés lors de certains franchissements du fait de l'important empattement de l'engin (près de 3 mètres !). La suspension est toutefois renforcée.

Dix ans de carrière

Cette double 2CV est affecté en 1956 au centre de secours de Cogolin après plusieurs mois d'utilisation à la direction des services d'incendie à Draguignan. Elle va y cotoyer des Jeeps et GMC des surplus militaires fréquemment utilisés à cette époque par les sapeurs-pompiers confrontés aux incendies de forêts. Elle est engagée en reconnaissances mais sera surtout utilisée comme poste de commandement mobile et véhicule radio. De ce fait elle va être engagée sur une grande partie du département et sa notoriété va croitre, amplifiée par les nombreux touristes français et étrangers qui la croiseront sur leur route.

Elle est retirée du service en 1971, remplacée par une Jeep et confiée à l'administration des Domaines.

Bien plus tard, conscients de l'intérêt historique de cet engin unique dans les annales des sapeurs-pompiers du Var et de France, les sapeurs-pompiers du Var commandent la réalisation d'une réplique au Lycée des Métiers Georges Cisson à Toulon.